Smaïn débute par une longue carrière de café-théâtre dans les années 1980 en se produisant dans de petits cabarets parisiens. Plus tard, il fait la connaissance de Philippe Bouvardqui lui offre une place dans son célèbre Théâtre de Bouvard. C’est là qu’il élargit son cercle amical en rencontrant Didier Bourdon, Bernard Campan, Pascal Légitimus et Seymour Brussel. Il monte avec ces quatre compagnons un petit groupe humoristique, Les Inconnus, qui tourne pendant quelques années3.

Smaïn finit par choisir le one-man-show. Peu à peu, il rencontre le succès et enchaîne les spectacles au fil des années : A star is beur en 1986, T’en veux ? en 1989, et Comme ça se prononce en 1996, spectacle pour lequel il obtient le Molière du meilleur one-man-show, une Victoire de la musique ainsi qu’un grand prix Sacem. En même temps, Smaïn se voit offrir de plus en plus de rôles au cinéma, notamment dans L’Œil au beur(re) noir, film qui reçoit le César du meilleur premier film en 19884.

Il participe également à plusieurs spectacles des Enfoirés.[réf. nécessaire]

En 2008, il enregistre avec l’Orchestre de la Suisse romande, Le Carnaval des animaux de Camille Saint-Saëns, dont il a écrit le livret. Suivront une collaboration avec l’orchestre de Pau Pays de Béarn qui lui commande plusieurs contes musicaux pour orchestre, Rayane et le Maestro, Le Disparu de la page 41 et dernièrement Le Fabuleux Périple du pupitre voyageur.[réf. nécessaire]

En 2009, il fait partie du jury de l’émission La France a un incroyable talent, lors de la 4e saison, en remplacement de Patrick Dupond5, et collabore avec Michel Legrand sur la réalisation de son album Délit de fa dièse.

En 2012, Smaïn remonte sur les planches du Théâtre Rive Gauche dans la pièce Réactions en chaîne, qu’il joue de janvier à mars.[réf. nécessaire]

À partir du mois d’octobre 2014, il participe à la tournée des Éternels du Rire, qui se produit dans toute la France.[réf. nécessaire]

En 2014, il participe à un clip de soutien au chef de l’État algérien Abdelaziz Bouteflika dans le cadre de la campagne présidentielle6. Comme d’autres artistes, il indique ensuite que cette récupération a été faite à son insu, et qu’il s’agissait initialement seulement d’un morceau rendant hommage à l’Algérie7.