Steeve Suissa


Né à Paris au cœur du Faubourg Montmartre, Steve Suissa grandit dans un quartier populaire. Elevé par ses grands-parents, il observe son grand-père analphabète travailler sans relâche. Le quartier est habité d’un côté, par des honnêtes commerçants, et de l’autre, par les grands voyous de l’époque. Adolescent, il passe son temps à la terrasse du « café des Folies », en face des Folies Bergère. Il voit défiler les danseuses, les artistes. Il perçoit les contours du théâtre. Dans ses yeux brillent les reflets du cinéma. Cependant, sa famille s’y oppose fermement. Alors le jeune homme va travailler à Rungis où il décharge le soir des tonnes de viande pour quelques dizaines de francs. Cela lui permet de payer ses cours de théâtre.

En 1989, il passe l’examen de la classe libre au cours Florent. À l’audition, il présente une scène du Parrain. François Florent considère le choix ridicule et refuse d’auditionner le jeune homme. Steve Suissa regarde François Florent droit dans les yeux et lui dit qu’il n’a jamais rien lu. Dans le jury, Francis Huster, amusé, convainc François Florent de lui laisser sa chance. Mais pendant qu’il joue sa scène, le jury parle pour le distraire. Steve Suissa sort alors un revolver chargé de sa poche et tire deux balles dans le sol. François Florent est choqué. Francis Huster le met dehors. Cinq jours plus tard, il apprend qu’il est accepté.

Steve Suissa entame alors son parcours, difficile et laborieux. Pour se défouler suite aux nombreux refus, il retourne dans les salles de boxe : il observe ceux qui évitent les coups et ceux qui les encaissent. En même temps, il découvre la littérature, le cinéma. Et il comprend que c’est la même chose. Il décroche des petits rôles de voyous dans des téléfilms. Le théâtre commence alors à s’intéresser au jeune acteur.
En 1998, il crée sa maison de production « Les films de l’espoir ».
Dès lors, Steve Suissa va produire des pièces de théâtre, Le Baiser de la veuve d’Israel Horovitz ou Pieds nus dans le parc de Neil Simon.
Il produit des courts métrages, On S’embrasse de Pierre Olivier Mornas qui obtiendra le premier prix au Festival de Cannes en 2001.
En 2000, il écrit avec le soutien de Marc Esposito le scénario de son premier film.
Il enchaîne les productions cinématographiques, Le Grand Rôle, Cavalcade. Il travaille pour la télévision. Traquée, Trop plein d’amour. Il découvre ou accompagne des talents naissants, Isabelle Carré, Clément Sibony, Marion Cotillard, Lorànt Deutsch, Bérénice Bejo, Titoff, Nicolas Cazalé.

En 2012, Steve Suissa cesse d’être l’ancien élève de Francis Huster pour devenir son metteur en scène. Il met en scène l’acteur dans Bronx de Chazz Palminteri aux Bouffes-Parisiens.

Le duo prend alors la direction du théâtre Rive Gauche, à Paris. Les deux artistes travaillent ensemble sur Le Journal d’Anne Frank d’Éric-Emmanuel Schmitt, 250 représentations à guichets fermés et une tournée de 80 villes. Et L’Affrontement de Bill C. Davis. 300 représentations et une tournée de 90 dates.

Entre 2013 et 2016, Steve Suissa met en scène pas moins de quinze pièces avec son complice et partenaire privilégié Francis Huster, mais aussi avec Marianne James, Martin Lamotte, Claire Keim, Jean-Claude Dreyfus, Michel Sardou, Marie-Claude Pietragalla, Jean-Luc Reichmann ou Clémentine Célarié.
Steve Suissa a également dirigé Le Mystère Bizet à l’Opéra Bastille, et La Flûte enchantée de Mozart pour Opéra en plein air.
En septembre 2016, Steve Suissa signera la mise en scène de la nouvelle pièce de Laurent Ruquier A droite A gauche, avec Régis Laspalès et Francis Huster au théâtre des Variétés, dont notamment Horowitz.